Epigénétique, transposons et inactivation du chromosome X

Cette semaine dans Nature, l’équipe de Wu publie un article permettant de relier beaucoup de points  et offre de nouvelles découvertes.
Tout d’abord, il démontre que la méthylation des cytosines n’est plus la seule marque épigénétique déposée sur l’ADN mais qu’il y a aussi de la N6-methyladénine. On le savait pour les ARN depuis quelques temps (~2013 cf. cours traduction) mais pour l’ADN, on pensait bien au contraire que chez les Mammifères, ce n’était pas le cas sur l’ADN.
Ensuite, Wu démontre que cette modification a tendance à éteindre la transcription des gènes. Mais ce qui est encore plus interessant, c’est que cette marque épigénétique est essentiellement concentrée au niveau des retrotransposons portés par le chromosome X. Or ces retrotransposons du chromosome X ont été acquis récemment au cours de l’évolution (il y a moins de 1,5Ma). Cette marque est absente des retrotransposons acquis plus anciennement. Par conséquent, cette marque serait une sorte de sélection évolutive sur un moyen de contrôle de la transcription des rétrotransposons uniquement récents.
Finalement, en éteignant ces retrotransposons sur le chromosome X, cela inactive donc la transcription et pourrait donc participer à l’inactivation totale d’un des chromosomes X.

Xist serait-il encore derrière tout cela?

Wu
Sur le schéma ci-dessus, H2AX est un histone particulier dont on constate aussi que les zones compactées par ce dernier possèdent un ADN à méthylation d’adénine mais on ne comprend pas encore bien le rôle biologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *