Blocage de la polyspermie chez les Mammifères

Le blocage de la polyspermie chez les Mammifères fait débat depuis longtemps. Si la réaction corticale est clairement un des moyens, le fait qu’elle se produise « tardivement » après l’entrée du spermatozoïde compte pour blocage mais pas comme blocage précoce. Certains mettent en avant une dépolarisation de la membrane de l’ovocyte mais cette conclusion est loin d’être partagé par l’ensemble de la communauté. Le modèle Souris semble notamment ne pas montrer une telle dépolarisation.

Un article publié par BIanchi et al dans Nature permet de proposer un mécanisme alternatif particulièrement fin :

L’intéraction entre la protéine Izumo située sur la membrane du spermatozoïde après la réaction acrosomique ne se fait pas avec CD9 comme penser précédemment. On pensait que cette intéraction permettait la fusion entre les membranes du spermatozoïde et la membrane de l’ovocyte (oolemme). En fait, Izumo n’intéragit pas avec CD9 mais avec une autre protéine que les chercheurs ont nommé Juno (la déesse romaine du mariage). Cette intéraction est absolument nécessaire : un ovocyte sans protéine Juno est infécondable. C’est la partie a du schéma

Izumo-Juno

Là où c’est encore plus fort c’est qu’après la fécondation de l’ovocyte  par un spermatozoïde, la protéine Juno est expulsée de la membrane dans des vésicules (schéma b).  En conséquence, l’absence de la protéine Juno sur la membrane rend donc l’ovocyte infécondable. Voilà le blocage rapide de la polyspermie chez les Mammifères tant recherché sans qu’il y ait intervention d’une dépolarisation de l’ovocyte!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *